Actualités

FILM FATALES PARIS et R.B.E

15123102_10211452458776201_5620542310828085541_oFilm Fatales est un réseau de femmes cinéastes qui se rencontrent régulièrement pour se conseiller, partager des ressources, collaborer sur des projets et construire une communauté solidaire pour faire leurs films. L’organisation a été fondée par Leah Meyerhoff à New York en 2013 et a depuis inspiré des dizaines de groupes dans le monde. Tous les mois, des centaines de femmes cinéastes se réunissent par groupe au niveau local pour se parler de leurs projets en cours, organiser des évènements pour la réalisation et la promotion de leurs films et débattre de thèmes autour du cinéma. Dans une industrie où moins de 5% des films au sommet du box office sont réalisés par des femmes, Film Fatales offre aux femmes cinéastes une structure qui leur permet de se soutenir entre elles, de partager des ressources, et d’aider à ce que leurs films soit faits et vus. En plus des réunions mensuelles, Film Fatales soutient beaucoup d’autres initiatives collaboratives telles que des tables rondes, des rencontres avec d’autres professionnels du cinéma, des workshops.Film Fatales est rapidement devenu à New York, une solide communauté de collaboration et de soutien. En offrant à ses membres un espace pour se conseiller, s’échanger leur réseau et s’aider directement, Film Fatales continue à promouvoir la création de films par et sur les femmes. A Paris, c’est Rahma Benhamou El Madani qui est à l’initiative de la création du collectif en février 2016. Ce groupe est naissant, il réunit pour l’instant une quinzaine de membres et a déjà à son actif plusieurs collaborations et projets !

 

https://filmfatalesparis.wordpress.com/

MEILICHENG, L’AUTRE VIE … EN DEVELOPPEMENT

Les dernières nouvelles de notre projet de Long métrage Fiction Meilicheng, l’autre vie

Nous étions à Cannes, avec la comédienne chinoise Yubai Zhang qui porte ce projet depuis sa genése. Merci à elle.

La réalisatrice Rahma Benhamou El Madani, en compagnie de Yubai Zhang, a diffusé son pilote Belly dance in Belleville devant un petit comité très intéressé.  Notre comédien Moussa Maaskri est toujours présent également ! Merci à eux deux.

32313325_10156211705069088_8468577666826502144_n 32332095_10156214428174088_3002973698081685504_n   32602547_10156220823224088_1632430976590151680_n32536910_10156218900584088_8162616621999849472_n 32562047_10156218900739088_162227430235308032_n 32501226_10156218932974088_5108833529525960704_n

TOURNAGE D’UN PILOTE

Nous sommes heureux de commencer le tournage d’un pilote de Seule, encrée dans le sol.

Bientôt les images.

Merci aux comédiens qui se joignent à nous :

Moa Khouass

getFoto

 

 

 

 

 

 

 

 

Nadia Zeddam

fRtRcZO0_400x400

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeanne Monot

redim_recadre_photo

 

 

TAGNAWITTUDE AU CINELAC à PLOERMEL

Cycle cinéma marocain86

Dans le cadre des concerts de Majid Bekkas à Ploërmel et Josselin et en partenariat avec l’école de musique de Ploërmel, le Cinélac vous propose un cycle de 2 films musicaux marocains

 

TAGNAWITTUDE
1h20 – documentaire musical de Rahma Benhamou-El Madani

« Quand j’étais petite fille je voyais régulièrement ma mère pratiquer la transe. Elle entrait lentement dans cette attitude extrême jusqu’à oublier le monde extérieur et ses limites. Des années passèrent. Un jour, lorsque je travaillais dans une radio locale, je reconnus ces sons dans un disque que je reçus. Il s’agissait d’un groupe qui portait le nom de «Gnawa Diffusion». J’ai d’abord été attirée par le nom. La musique était un mélange, une fusion entre la musique Gnawa et des musiques modernes et occidentales. Les paroles étaient engagées. Amazigh Kateb et Aziz Maysour du groupe Gnawa Diffusion me donnent des réponses à cette image qui me hante, celle de ma mère prise par la transe en France. Et je dénoue cette image, ce mystère en allant vers les Gnawa du Maroc et d’Algérie…  »

mercredi 28 juin 20h30

jeudi 29 juin 18h30

samedi 1er juillet 14h00

ET L’ORCHESTRE DES AVEUGLES

1h52 – comédie dramatique de Mohamed Mouftakir avec Younes Megri, Mouna Fettou, Ilyas El Jihani

Dans les premières années du règne d’Hassan II, Houcine, fan de son nouveau roi, est chef d’un orchestre populaire et l’heureux père de Mimou. Houcine prend son rôle très à coeur et veut le meilleur pour son fils. Il lui impose, dès l’école primaire, d’être le premier de sa classe. Si Mimou réussit, Houcine le récompensera.

Houcine et sa famille vivent dans la maison familiale de sa femme, Halima. Cette maison est un lieu de cohabitation animée : une galerie de personnages haut en couleurs s’y croise au rythme de la vie de l’orchestre et de ses danseuses traditionnelles (les Chikhates). Cet orchestre est particulier, les musiciens hommes sont parfois obligés de se faire passer pour
des aveugles afin de jouer dans les fêtes réservées aux femmes chez des familles conservatrices marocaines.

Mais Mimou va rapidement croiser le chemin de Chama la nouvelle bonne de la voisine… Il en tombe immédiatement amoureux, il sent quelque chose changer en lui. Réalité et rêve s’entremêlent. Sous l’emprise de cet amour, il ne peut pas se concentrer à l’école et n’est pas premier. Pour ne pas décevoir son père, il va tricher en falsifiant son bulletin de notes.

mercredi 21 juin 20h30

jeudi 22 juin 18h30

samedi 24 juin 14h00